Printemps mélancolique

Voilà, c’est ainsi.

Cette saison qui éclate, vivifie

Cette saison orgueilleuse qui nous nargue et nous énergétise

Cette saison des amours qu’est le printemps

Cette année a une allure étrange.

Ces fleurs qui émergent malgré la pluie, lentement, sont sans orgueils. Certaines, même, éclosent têtes basses.

Quelquefois, je remarque que certaines boudent et restent fermées, tant le soleil leur manque.

Les parfums qui devraient nous enchanter, je les ai oubliés.

Le lilas de l’entrée de mon jardin, pourtant, a fleuri.

Il y a les jours où j’arrive et où j’entre dans le jardin tête basse, comme dans une ultime tentative pour éviter l’eau qui tombe sur moi. Il y a les jours où j’entre sans trop lâcher mes pensées, quelque peu lasse de la monotonie du ciel. Il y a les jours où je passe vite avec mon parapluie pour aller à l’abri. A chaque fois, j’ignore les éventuelles bribes de parfums qui devraient m’enchanter.

A cette mauvaise comédie de l’automne, le froid a décidé d’apporter son appui, et de nous narguer régulièrement… obligeant ainsi les chauffages à se mettre en route. Je suis un peu lasse de devoir faire du feu.

C’est comme un mauvais film de série B, avec des anachronismes: des éclosions mêlées au besoin de rester chez soi. Des couleurs et du vert très présent avec un ciel gris et blanc d’automne.

Un printemps mélancolique, en somme.

4 réflexions sur “Printemps mélancolique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s