Mouvements de fête foraine

Quand j’ai fait du violon, enfant, j’ai été studieuse. Même si Schradiek et Sevcik n’étaient pas ma tasse de thé et que je n’ai compris que tard l’intérêt de leur fréquentation, j’ai fait et refait des exercices techniques. Plus tard, quand j’ai commencé mes études de chant, j’ai été une bonne élève. J’ai fait mes vocalises pour apprendre le legato, pour la vocalisation rapide, pour développer la voix, etc, etc. Après avoir obtenu lors de mes études musicales l’oreille absolue, j’ai même travaillé pour obtenir l’oreille relative. Bref, je me fais très plaisir lorsque j’exerce mon métier de chanteuse, (heureusement!!!), je m’exprime avec personnalité, musicalité et expressivité, mais vraiment, j’en ai fait de la technique lors de mon parcours de musicienne. Alors quand la photographie est arrivée par hasard dans ma vie, à près de 40 ans, je n’ai pas du tout abordé les choses ainsi. Même si c’est un loisir.

Bien sûr, la technique, c’est important. On ne progresse pas sans comprendre ce qui rend plus aisé, plus efficace ou plus simple notre geste; on ne progresse pas sans pouvoir analyser ce qui va nous aider ou nous faire rater un cliché. Mais quel plaisir d’expérimenter à tout va, de ne pas savoir que l’on ne devrait pas du tout s’y prendre ainsi!!! Vous ne pouvez imaginer le plaisir que j’y prends, après avoir connu une grande discipline et rigueur dans mon parcours musical. Sans aucun autre principe que celui d’explorer, d’exprimer, je me lance dans des expérimentations sauvages, et comme je ne comprends pas toujours très bien avec quels paramètres je joue (j’ai toujours été une nullité en physique…), et bien c’est la liberté!!

C’est dans cet esprit que je suis partie à la fête foraine (ici on dit « la vogue ») avec mon appareil photo, mon E-PL2 et un objectif hérité de mon père: un 50mm Olympus. J’aime faire des photos des manèges, j’en fait régulièrement, c’est un sujet que j’aime beaucoup et qui mêle les jeux, les enfants, les couleurs… Tout un univers joyeux, éclatant qui m’inspire beaucoup.

L’idée c’était d’essayer d’exprimer le mouvement, la violence de la fête avec le bruit qui est partout et qui mêle musique, cris, rires, annonces, les odeurs qui sont présentes, la chaleur puisqu’en ce moment, il fait chaud. Peut être aussi ce côté éphémère de la fête qui fait que l’on doit vite en profiter, car cela ne durera pas. J’ai joué avec la vitesse d’obturation, tout en accompagnant par un geste. Mon objectif, bien que j’ai réglé très vite une grosse sous exposition, faisait des images très claires. J’ai tenté quand même mon expérience, un bon moment. Ensuite, j’ai « développé ». J’ai décidé que cette expérience était intéressante, et que je la reproduirais.

Je vous ai fait une galerie afin que vous puissiez avoir accès aux réglages de vitesse. L’objectif n’étant pas à l’origine pour mon appareil, il nécessite un réglage manuel et tout n’est donc pas indiqué. Mais c’est bien, il faut bien avoir ses petits secrets… 😉

2 réflexions sur “Mouvements de fête foraine

  1. Ah la magie de la pose lente, je te conseil d’y retourner avec un trépied ou même de poser ton appareil sur un endroit stable et prendre le mouvement en photo.
    Ton envie d’expérimenter est touchante, c’est le genre de clichés qu’on ne fait plus une fois qu’on maîtrise un peu son appareil photo numérique et pourtant tu fais des photos très agréables. J’aime particulièrement la troisième, pleine de textures.

  2. Merci. 🙂 En fait, je possède un trépied, et mon idée là, justement, n’était pas de réaliser des poses lentes. Je voulais réellement expérimenter un flou auquel se rajoute un mouvement réalisé par moi même: justement non réalisé par le numérique. Ce qui m’a intéressé dans cette expérience, c’est qu’il y a eu des imperfections dans l’image, une forme d’incertitude de la ligne, un type de flou que ne donnerait pas une pose lente d’appareil. Les poses lentes auraient donné aux manèges ou aux attractions une forme de fulgurance; ce n’était pas dans mon idée expressive, cela aurait été trop par rapport à l’expression de la vitesse que j’avais dans ma tête. Certes, il y a même certaines images avec une forme de « décomposition », beaucoup de blanc, mais j’ai trouvé cela intéressant. Bien sûr, ces photos ne sont pas parfaitement nettes, mais justement, c’est ce qui m’a intéressé. Cela m’évoquait par moment comme de la peinture. Je pense que je reproduirait cette expérience. Et en plus, j’en ai plein d’autres que je vais bidouiller en noir et blanc pour voir ce que cela donne!!!! 😀 (Ceci dit, je tenterai la pause lente à la fête… elle ne part que lundi en 8 !!!!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s