Le travail du son au Festival des Jardins

Avant de partir quelques jours en vacances dans le Sud, j’ai choisi de vous ramener au Festival des Jardins de Chaumont-sur-Loire; je ne vous ai pas tout montré de ces « Jardins de sensations » où j’ai erré avec délices l’été dernier. Rappelez vous… Je vous avais parlé du lieu ,  montré des photos en noir et blanc et puis du bleu également. (D’autres photos ont été publiés en solo; si vous voulez tout voir et/ ou revoir, je vous invite à vous reporter à ma rubrique  « Festival des jardins » dans l’onglet « Promenades ».) 

Abandonnez vos chaussures et reprenons le fil de l’histoire…

Jardin 4:  Saute qui peut!

Jardin 4: Saute qui peut!

Dès le premier jardin, l’idée du son, comme une « sensation supplémentaire » en quelque sorte est apparue. Les graminées chantaient par le biais de récepteurs disséminés et cachés aux milieux des plantes.

Jardin 1: Gram(in)ophone

Jardin 1: Gram(in)ophone

Ensuite, la part belle était donnée aux autres sensations: visuelles, olfactives… Jusqu’à ce 10ème jardin où, caché, comme un secret, au fond, une surprise m’attendait.

10. le Jardin de l'ivresse

10. le Jardin de l’ivresse

En tant que musicienne, j’avoue avoir été plus convaincue par l’objet, superbe, que par les sons produits.

_1100305

Mais peu importe, c’était très poétique, très beau.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Très intéressant était la sensation du son, plus loin, dans un autre jardin. En effet, il était seulement évoqué. Une part magique de la poésie n’est elle pas là, dans la puissance d’une évocation qui va jusqu’à la nous faire ressentir?

Jardin 18. Tic tac

Encore plus loin, un autre travail sonore m’attendait. Au travers de saules rouges, j’ai croisé des miroirs, écouté des appels d’oiseaux ainsi que des « Je t’aime » en continu, par des voix différentes, en des langues diverses (35 au total).

Jardin 21: jardin d'amour

Jardin 21: Le jardin d’amour

C’est au coeur du 23ème Jardin qu’une très belle installation m’a donné rendez-vous.

23. Terre des sons

Jardin 23. Terre des sons

Un arbre étrange. En passant au travers de ses longs doigts, une expérience riche en sensations nous attendait. De grands réflecteurs acoustiques s’y cachaient et l’on pouvait ainsi écrire et susciter un poétique univers sonore.J’ai beaucoup aimé.

Je vous souhaite une belle semaine. A bientôt.

19 réflexions sur “Le travail du son au Festival des Jardins

  1. Ce piano rose est une des rares oeuvres que j’ai aimées de cette édition du Festival des Jardins.
    Belle photo qui me donne envie d’aller chercher sur mon disque dur si je n’aurais pas quelque chose à montrer de ce lieu que j’affectionne

    • Ah oui? Tu as été déçu par cette édition? Moi j’ai le souvenir d’une journée tellement belle, c’était sur le chemin de mes vacances en Bretagne… même ce que j’ai moins aimé, je me suis tellement régalée à le photographier que j’en ai un super souvenir! J’ai hâte d’y retourner cette année.

  2. C’est marrant, j’y suis aussi passé sur le chemin de mes vacances en Bretagne. C’était la troisième fois que j’y allais, cela peut expliquer et il faisait très chaud (le vallon des brumes était le bienvenu 😉 ). J’ai préféré les oeuvres à demeure dans le parc du château.

  3. Magnifique endroit, et ce piano… il est vraiment incroyable. Merci pour cette belle évocation de ce lieu riche en images poétiques réalisées à partir de choses toutes simples. C’est ça l’art, non ?

  4. Quelle belle balade! Et ce piano rose écaillé est superbe dans son écrin de verdure. Tu as très bien su le capturer.

    • Merci Alice. 😀 Je trouve que c’est un festival magique, et je suis tellement contente d’avoir su faire partager un peu de la beauté et de la poésie que j’ai rencontré là-bas.

  5. Tiens tiens, un piano :). Du coup tu te doutes bien que moi aussi, ça me parle. Quelque part, ça me peine toujours de voir un instrument de musique hors d’usage (Pas seulement un piano). Là, il a un aspect post-apocalyptique assez triste. Rien que de le voir, je peux l’entendre faire « plonk », dans ma tête…

    • 😀 Pas l’endroit pour jouer une sonate, c’est sûr!!! Bon, en même temps, comme il a été en place dehors pendant bien 6 mois, mieux valait qu’il n’ai pas trop d’allure… 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s