Ombres, Italie et Provence

Depuis septembre, j’ai envie de répondre au billet de Christine http://regardevoir.net/ombre-et-lumiere-en-sicile/, car j’aime les ombres du Sud où j’ai vécu 10 ans: c’est un des aspects qui stimule mon imaginaire, que j’affectionne. Et voilà qu’avec mon récent voyage en Italie, me voici enfin en mesure de faire mon clin d’oeil à ce très bel article que j’ai beaucoup aimé.

Au contraire de Christine, j’aime voyager en couleur avec les ombres du Sud, j’aime que les couleurs chaudes soient dévorées par le noir, par l’absence de soleil.

Début mars, de passage dans ma Provence natale, c’est ce qui m’avait sauté au visage: la surimpression, la deuxième histoire qui s’inscrit sur les murs, celle qui peut même me faire voyager, prendre le dessus sur la réalité. Un voyage imaginaire dans mon quotidien, voyage qui se rencontre moins fréquemment dans la Loire, en Rhône-Alpes, surtout en automne/hiver, ce qui me frustre. (Et ce n’est pas la météo du jour qui va contredire cet état de fait… une brume blanche et grisâtre qui se mêle à la pluie… bouhouhou!!!)

Aix-en-Provence, 5 mars 2014

« La deuxième lampe » Aix-en-Provence, 5 mars 2014

Les objets deviennent plus mystérieux, ou bien les murs nous étonnent.

Aix-en Provence, 5 mars 2014

« Bouderie » Aix-en Provence, 5 mars 2014

Quelquefois même, comme le printemps est encore loin, d’étranges silhouettes se promènent sur les murs, presque comme dans un film de Tim Burton.

Aix-en_provence, 5 mars 2014

« Platanes » Aix-en_provence, 5 mars 2014

Autant en mars j’étais seule à vagabonder dans les rues à chasser les ombres (et en mode semi-automatique), autant en voyage en Italie, j’ai joué à attraper mes bribes de rêves en mode M, et à la volée, car nous étions un quatuor d’amis. Et que je n’allais pas systématiquement les faire attendre.

Bien entendu, lors de mon passage en Italie, avec la très belle météo dont nous avons bénéficié, ces ombres fantasques sont arrivées. Elles camouflent les vieilles pierres, les fresques murales comme d’étranges menaces: sont elles innocentes? Ou inquiétantes?

Vérone, 28 octobre 2014

« Monsieur mystère » Vérone, 28 octobre 2014

Elles lacèrent, tranchent et découpent les vieilles pierres.

Vérone, 28 octobre 2014

 » Diagonales » Vérone, 28 octobre 2014

La netteté de l’ombre s’oppose et répond aux reliefs des murs, aux aspérités des briques, aux lézardes des revêtements. Les murs sont coupés de façon inégales, les ocres disparaissent, tout comme les sculptures. A la douceur de la température de l’air répond une rigueur et une dureté de contrastes de couleurs et de noir.

1. Vérone, 28 octobre 2014

2. Vérone, 28 octobre 2014

Quelque fois il se mire cependant comme des reflets dans ces ombres, hasards des découpes des objets par la lumière? Jeux du soleil? Rires de fantômes?

3. Vérone, 28 octobre 2014

A Venise, ce fut un autre scénario, mais toujours cette fantastique deuxième vie du monument. Comme des spectres, issus de lignes dont on ne sait plus s’il s’agit d’ombres ou de rainures dans les murs.

Venise, le 29 octobre 2014

« Antique » Venise, le 29 octobre 2014

Du haut de la Basilique Saint Marc, d’étranges silhouettes se découvrent.

Mystère piazza San Marco

« Mystère piazza San Marco »

Parce qu’avec les ombres, comme pour les reflets, on peut renverser les images. (Cette image a été pensée pour être renversée lors de sa prise)

A Mantoue, mon voyage fantastique a continué. Les tableaux se cachent, les personnages saints disparaissent, pudiques.

Basilique de Saint André, Mantova

« Rideau » Basilique de Saint André, Mantova

Enfin, je rêve de photos de rue dans mon quotidien où pourraient se cacher et s’échapper des objets ou des humains.

Mantoue, 30 octobre 2014

Mantoue, 30 octobre 2014

Les autoportraits peuvent toujours se conjuguer en noir avec le soleil.

Qui suis-je ? Vérone, 28 octobre 2014

« Qui suis-je ? » Vérone, 28 octobre 2014

A bientôt, beau début de semaine à tous.

33 réflexions sur “Ombres, Italie et Provence

  1. Un faible pour le carré de Vérone (je trouve que la composition graphique de l’ombre va mieux avec le carré mais tu sais combien j’aime les carrés) et les ombres vues de la Basilique Saint Marc (pour la caractère insolite de l’ombre et de son maître)

  2. Ce voyage très sensible entre ombres et lumière plein de poésie me met le coeur en fête pour démarrer la semaine.J’ai une tendresse toute particulière pour la place Saint-Marc.

  3. les ombres!!!!comme le gondolier dans mon tableau,tu la pas trouve.(c’é pas dit on verra!)les foto c’est extra

  4. J’aime beaucoup les ombres moi aussi mais je ne les exploite pas beaucoup. Vivant à la campagne, j’ai moins l’occasion de faire des images graphiques. J’aime beaucoup ton image avec l’ombre des arbres sur la façade .

  5. Bonjour chère Cécile,

    Olala, je n’ai pas trop envie de jouer les rabats-joie, l’essentiel étant que tu aies eu envie de voir les choses un peu autrement et surtout sous un certain prisme. C’est tout à fait à ton honneur, sincèrement ! Tu tiens là quelque chose de très intéressant mais qui mériterait d’être travaillé d’avantage : faire attention aux compositions, que les ombres prennent du sens, qu’elles s’animent pour prendre corps. Ici, je vois énormément d’esquisses mais peu de photographies abouties. Encore une fois, ce n’est pas du tout pour être rabat-joie, j’espère que tu le comprendras, mais c’est pour te pousser à aller plus loin, beaucoup plus loin 🙂
    Très amicalement !

    Laurence

    • Chère Laurence,
      Crois tu vraiment que je vais râler parce que tu me demande mieux et plus? Moi qui t’ai déjà fait confiance pour me pousser à aller plus loin? C’est vraiment mon regret de vivre dans une région moins ensoleillée, car je ne peux travailler ce sujet aussi souvent que je le désirerai.
      Comme je l’ai précisé, les contextes des photos Provence-Italie sont différents, il y a eu entre mars et novembre de nombreuses évolutions techniques et autres (tu le sais bien! 😉 ) entre ces deux moments, et des contextes vraiment différents pour réaliser ses photos. La plupart de mes photos en Italie ont été réalisée à la volée, ce seront le plus souvent effectivement des esquisses car je n’étais pas seule; et je ne pouvais « planter » systématiquement mes amis pour faire de la photo en solitaire, en m’isolant dans mon univers intérieur. C’est un compromis que j’ai accepté et que je trouve aussi intéressant. Mes esquisses sont bien plus abouties qu’avant, et même si je peux vraiment comprendre que tu bouillonne (toi qui est de cette nature, de plus!!! Hihihi…) et aimerai que j’aboutisse plus vite certaines photos, difficile actuellement de faire vraiment plus et plus vite. Désolée. Mille baccio!

  6. Voilà une belle balade dans un monde entre deux. Ces ombres relèvent joliment les tons des façades poudrées de terracotta 😉

  7. On dirait le sud ! Je suis très contente de t’avoir suggéré cette réponse qui prouve qu’ombre et couleurs ne sont pas incompatibles. Vivement que le soleil revienne pour que tu puisses poursuivre ta quête. L’hiver pourra également nous offrir de belles occasions de continuer le dialogue:-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s