De l’idée au projet artistique (3): la photo déclic

Vous en souvenez-vous? J’avais commencé de vous parler de ma façon très personnelle d’arriver à un projet artistique, au mois de mai ici et au mois de juin . C’était un projet autour de fleurs, je pense que vous l’aviez compris.

Je vous avais laissé en plein suspense. Et bien voilà, encore un peu de blabla, et puis je vous le montre.

Me lancer dans ce projet a été l’occasion de rencontrer en photographie une dimension que j’ai dépassé en musique, et que j’ai un peu abordé avec l’écriture, lorsque je consacrais beaucoup de temps à cette activité. Je vous la livre avec les mots d’un autre:

Les verbes se présentent sous deux formes, la voix active et la voix passive.(…) Vous devriez éviter la voix passive. (…) Je pense que les écrivains timides la chérissent pour la même raison que les amants timides chérissent des partenaires passives (ou passifs). La voix passive, c’est la sécurité. Pas d’action à prendre en compte avec les ennuis afférents; le sujet n’a qu’à fermer les yeux et penser à l’Angleterre, pour paraphraser la reine Victoria.

Stephen King, Ecriture.

Alors, bien entendu, il y a des guides à trouver et du travail de fond à mener pour passer de la voix passive à l’active, mais vraiment, pour moi, ce travail a été l’occasion pour moi de me mesurer, à mon niveau photographique qui est ce qu’il est à ce jour, à cette dimension.

Travailler avec les fleurs a été l’occasion aussi de découvrir bien des choses auxquelles je n’avais pas du tout prêté attention jusqu’alors. Du danger d’être photographe (j’ai été piquée par je ne sais quelle bestiole et j’ai eu une horrible piqûre laide et douloureuse pendant 15 jours sur la cuisse gauche, bouhouhou!!) à celui de découvrir qu’il est impossible de prendre des photos le matin car là où je trouvais mes meilleurs modèles, il y a des arrosages automatiques, j’en ai vécu des aventures!!! Et puis la météo a une terrible importance dès qu’on travaille avec la nature… Trop de chaleur, et hop, la moitié de vos modèles disparaît, trop de pluie et ils grandissent trop vite, sans compter qu’il n’est alors pas possible de faire de la photo. Si j’ajoute qu’en plus bien sûr il y a les tontes intempestives… et puis les petits bouts de chou qui viennent vous offrir avec amour des jolis bouquets de vos modèles alors que vous les photographiez quelques secondes plus tôt…

Bref, j’ai fait un portfolio avec des pâquerettes, quoi!

Autant être dès maintenant très claire: ce projet est plein de maladresses, je ne suis pas complètement satisfaite de ma réalisation, mais en arrivant à l’automne, en ayant 3 concerts sur le feu en plus de ma vie quotidienne d’ici Noël, il sera compliqué pour moi de faire vraiment mieux que ce que j’ai réussi à aboutir. J’ai choisi cependant de vous le faire connaître, après beaucoup d’hésitations, car j’ai passé pas mal de temps à réaliser ce travail, et je trouverai dommage de le garder au fond d’un carton sous prétexte que je n’ai pas complètement réalisé ce que je voulais.

Au milieu donc de tous mes essais divers de fleurs, il y avait eu cette photo :

Coup de coeur! Cette photo m’a immédiatement évoqué une entrée sur scène. Et il m’est venue l’idée un peu folle qui ne m’a plus quitté et m’a même plutôt obsédée d’essayer de raconter ce que l’on vit en allant sur scène… avec des fleurs.

Et c’est ainsi que j’ai contacté une sage-femme pour m’aider à accoucher de mon idée folle… naturellement, ce fut Mme Photofolle, Laurence Chelalli, quoi! 😉 J’avais cette idée dans la tête de faire un suivi avec elle depuis un bon moment, l’occasion a fait le larron. (Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore son très beau travail et son blog très riche, par ici: le blog Photofolle.)

Elle a été là, généreuse et formidable, pour m’aider à organiser mes idées, à passer au-dessus de mes sabotages (et je suis très forte pour cela), à m’aider à mettre en forme, bref elle a canalisé comme elle a pu mon inorganisation et ma créativité en creux et en bosses, car je suis capable du pire comme du meilleur très vite.

J’ai ainsi sous sa bienveillante pédagogie conçu mieux mon projet. Il est passé de l’idée à l’acte, j’ai choisi le nombre de photos et je suis passée progressivement d’une photo très passive à plus active, quoi.

Bon, ce soir je chante le Stabat Mater de Pergolèse alors je vais en rester là, mais la semaine prochaine, vous aurez les 6 photos, le texte etc etc. J’en connais une qui va être ravie de voir enfin le tout…

Bonne fin de semaine.

 

13 Comments

  1. oh, gosh, this is so beautiful… the backlight haze is superb delicately outlining the flower and grass silhouettes…

    1. Thank you Alexandra. 😀 I hope i make this more and more.

  2. Effectivement, ce trait de lumière évoque bien une entrée en scène, je ne trouvais pas les mots avant qu’ils ne sortent de ta plume 😉 c’est bien d »avoir des projets photographiques, et si en plus tu t’es octroyé l’aide de Laurence, c’est encore mieux ! Les fleurs, c’est un peu mon domaine comme tu l’auras constaté, mais j’ai beaucoup de mal à faire rentrer mon travail dans le cadre de séries ou de projets construits. Plus souvent je fais de la photo saisonnière je dirais, mais ce n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler des séries…
    J’ai hâte de voir la suite de ton projet !

    1. Objectivement, j’ai hyper le trac. 😀 Montrer mon espace de création perso n’est pas aisé!! Je suis contente d’avoir attendu, ça a ôté de la charge affective, je m’en suis aperçue hier en faisant le premier jet de mon article. Il sera à la relecture ce week end et mardi… hop làààààà!
      Oui, tu fais de très belles photos de fleurs, c’est étonnant que la série ne soit pas encore entrée dans ton univers. Personnellement, même si je suis en mode plutôt désordonnée coté sujets en photo, j’ai vraiment besoin de « cadrer » cette activité, de me trouver des projets. Qu’ils soient légers comme « avoir les pieds sur terre » ou autres, la série ou le Portfolio sont des cadres nécessaires, qui me structurent et me font avancer, même si ce sont des exercices difficiles. Le blog aussi m’oblige à organiser tant ma pensée que mon modeste espace de création à moi. C’est devenu une nécessité, en fait. 🙂 Et je vois que cela relance aussi l’écriture, comme je l’avais espéré, où là aussi, j’ai toujours eu la manie de créer des projets!

  3. J’ai hâte Cécile… ton entrée en scène est magnifique, que sera le tomber de rideau?..Le bouquet final?…..

    1. Arglllll, comme j’ai la pression!!! Le trac en photo c’est horrible!!! Heureusement que j’ai le concert se soir pour me changer les idées!!! 😀

  4. Voilà un bien beau programme ; il me tarde de voir la suite !

  5. J’aime beaucoup cette mise en parallèle de plusieurs modes d’expression artistique. Et cette première photo est fascinante. Vivement la suite de la série !

  6. Très bonne conaissance du sujet, merci

  7. Ça promet! Vivement la suite… 🙂

  8. fanatiques2numerique

    Bonjour,
    Article intéressant. La démarche qui aboutit à une image me fascine. Et voir qu’un bout de chemin a été fait avec cette Chère Laurence, me fait penser que vos échanges ont du être riches. C’est passionnant de voir qu’il y a probablement deux sortes de photographes. Ceux que la photo vient chercher, et les autres plus créatifs qui vont chercher la photo.

    1. Merci Dominique, je me suis régalée effectivement à échanger avec Laurence. J’aime beaucoup ta conclusion, elle me parle, vraiment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s