De toi à moi: 3. The birds will still be singing

Ma malicieuse,

Voilà, nous sommes en décembre.

Je ne sais comment est la météo là où tu vis, mais ici il y a eu beaucoup de soleil; l’hiver se montre par petites touches, jusqu’alors par impressions ou même réminiscences, au choix; avec tant d’indécision, de fait, qu’il semble oublier d’arriver. Je regrette d’avoir si peu de temps à consacrer à la photographie en ce moment, car cela donne d’étranges paysages. Ainsi, l’autre jour, en rentrant, je voyais le sol encore très vert, avec presque une couleur de printemps, et puis au-dessus un arbre dénudé quasiment, marron, aux éclairs encore un peu roux et puis derrière encore il y avait les monts plein de brumes, enrobés de bleu doux, tendres et mystérieux comme dans des estampes. Autour de tout cela le soleil présent, offrant une délicate lumière.  Malgré tout l’automne s’approche de sa fin, et la nature se prépare au sommeil dans une anarchie fascinante.

Summertime withers as the sun descends

He wants to kiss you. Will you condescend?

Elle se pose avec son café, dans sa main, devant la fenêtre. Ses yeux errent sur le cyprès, devant, et elle se rappelle parmi ses errances quand elle regardait la place et ses arbres, du haut de son 3ème étage, quelques années plus tôt. La tête familière de son grand chien jamais très loin qui se posait sous sa main. Une autre époque, un ailleurs. D’autres voyages intérieurs.

Je ne crois pas t’avoir encore parlé de Vérone. Quel soleil le jour où j’y étais! Il y avait ces arènes, si grandes, c’était impressionnant, même seulement vu depuis l’extérieur. J’ai imaginé comme dans un Péplum ce lieu bondé d’hommes attendant les combats, et le vacarme et l’agitation que cela devait offrir. Le sang qui coule, ensuite, et j’ai frissonné. Et puis juste après j’ai pensé au festival d’Opéra, et j’ai frissonné encore une fois mais parce que je me suis dit que cela devait être bien extraordinaire de chanter en ce lieu.

Before you wake and find a chill within your bones
Under a fine canopy of lover’s dust and humourous bones
Banish all dismay
Extinguish every sorrow
Eternity stinks, my darling. That’s no joke

Plus loin, à Vérone, il y a la maison de Juliette. Partout, sur les murs du couloir qui mène à la cour, des graffitis de couples, de duos de noms. Puis, le balcon. Et là, la statue. Pauvre Juliette, en bronze froid! Les gens passent, lui touchent le sein, modernité oblige en faisant une photo avec leur tablette ou leur smartphone, afin que cela porte bonheur, amour éternel et ou fertilité. Le selfie preuve du porte-bonheur, nous vivons une époque où la poésie me semble fort mal en point. Je n’ai pas pu m’empêcher d’être assez perplexe et malicieuse quant à ce rituel porte-bonheur: il me semble bien que Roméo et Juliette ne se terminait pas formidablement bien…

Elle regarde de nouveau par la fenêtre, un oiseau sautille; elle reconnaît en lui l’un des familiers qui aiment à fréquenter les bords de la maison.

J’ai finalement fait ce que tu m’avais proposé: j’ai ouvert le dictionnaire, et lu les définitions des mots. Cela a été extrêmement instructif.

Hésitation: fait d’hésiter; moment d’arrêt dans l’action qui marque l’indécision; flottement.

Ambivalence: caractère de ce qui a deux aspects radicalement différents ou opposés. Disposition d’un sujet qui éprouve deux sentiments contradictoires vis à vis d’un même objet (amour et haine, par ex.) 

Ainsi, grâce à ta suggestion, le chemin futur que je prends me semble bien plus clair.

Don’t waste your precious time pretending you’re
heartbroken
There will be tears and candles
Pretty words to say

Nous rentrons dans l’époque où vont fleurir les horoscopes; en cette fin d’année, partout des promesses illusoires de renouveau font fleurir dans les journaux. Quelle femme serez vous? Allez vous recevoir ce que vous rêvez depuis tant d’année? Et l’amour, enfin sera-t-il du voyage? 

Spare me lily-white lillies
With the awful perfume of decay
Banish all dismay
Extinguish every sorrow
If I’m lost or I’m forgiven
The birds will still be singing

Je pense que cette année, je ne ferais pas de calendrier de l’Avent. Les jours vont passer, les uns après les autres, et puis je serais soulagée de savoir que les jours vont commencer à se rallonger. Alors, cela parlera du retour des oiseaux. 

It’s so hard to tear myself away
Even when you know it’s over
It’s too much to say.
Banish all dismay
Extinguish every sorrow
If I’m lost or I’m forgiven
The birds will still be singing

Finalement, l’automne est il indécis ou ambivalent, je ne sais pas.

Je t’embrasse,

 


« De toi à moi » est un ensemble de lettres, écrites toujours autour d’une chanson. Combien y en aura-t-il? Ou cela ira-t-il? Je n’en sais rien à ce jour. Vous trouverez ci- après la chanson qui a servi de support à cette lettre.

5 réflexions sur “De toi à moi: 3. The birds will still be singing

  1. Vous avez une manière d’écrire fabuleuse, vous donner le sens que vous décidez à vos mots, c’est très beau et j’écoute cette très belle musique avec attention… :’)

    • Anne-Cécile: quel enthousiasme!!! Je me pique quelque peu d’écrire, effectivement, depuis longtemps, et je prends du plaisir à cela. Je suis contente de savoir que cela vous plaît.

      • J’essaye moi aussi d’écrire même si ce n’est pas fameux… enfin je ne sais pas mais je voudrais réussir à écrire quelque chose de bon. Mais de rien 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s