De toi à moi: 7. Riders on the storm

Plusieurs fois elle lui a écrit. Plusieurs fois elle a jeté la lettre.

Bonjour mon coeur

Elle a pris sa tête entre ses mains, quelquefois une larme lui a échappé. Le papier se froisse, se rature, termine dans la poubelle, déchiré ou froissé.

Le Loup lui cria en adoucissant un peu sa voix : Tire la chevillette, la bobinette cherra. Le petit Chaperon rouge tira la chevillette, et la porte s’ouvrit.

Riders on the storm, riders on the storm,
Into this house we’re born, into world we’re thrown
Like a dog without a bone, an actor out on loan.
Riders on the storm.

C’est comme s’arrêter de fumer. Il suffit de ne pas reprendre.

Se rappeler l’expérience; se rappeler les expériences. Faire une liste au besoin de toutes les raisons qui démontrent par A + B l’inutilité de la démarche. Introduire du scientifique, se souvenir que les mêmes causes produisent les mêmes effets; agiter cela en soi, remarquer que de moins en moins l’expérience produit des explosions.

Partir. Ecrire.

Le Loup, la voyant entrer, lui dit en se cachant dans le lit, sous la couverture : Mets la galette et le petit pot de beurre sur la huche, et viens te coucher avec moi. Le petit Chaperon rouge se déshabille, et va se mettre dans le lit, où elle fut bien étonnée de voir comment sa mère-grand était faite en son déshabillé.

There’s a killer on the road, his brain is squirming like a toad.
Take a long holiday, let your children play.
Killer on the road…

Penser à soi. Se rappeler tous les pas qu’on a fait, et s’accrocher. Tenir le volant, lâcher le stylo et l’illusion de la lettre qu’on espère et qui ne viendra pas.

Continuer à poser ses limites.

Choisir. Choisir d’écrire, finir par assumer ses lettres.

Pour cette petite clef-ci, c’est la clef du cabinet au bout de la grande galerie de l’appartement bas : ouvrez tout, allez partout, mais pour ce petit cabinet, je vous défends d’y entrer, et je vous le défends de telle sorte, que s’il vous arrive de l’ouvrir il n’y a rien que vous ne deviez attendre de ma colère.

Girl, you gotta love your man,
Girl, you gotta love your man.
Take him by the hand, make him understand,
The world on you depends, our life will never end.
You gotta love your man…

Regarder devant soi, reprendre la route. Savoir au fond de soi qu’il y a toujours un après.

Et la sœur Anne lui répondait :
— Je ne vois rien que le Soleil qui poudroie, et l’herbe qui verdoie.

Riders on the storm, riders on the storm,

Choisir d’écrire à quelqu’un d’autre. A quelqu’un qui répond.

Apprendre à recevoir du courrier, des réponses, de jolis mots. Apprendre aussi à apprécier les silences qui suivent l’intensité. Apprivoiser le temps qui passe, apprivoiser le manque, de temps en temps s’offrir le froissement des lettres non envoyées.

Continuer à regarder devant, à penser au présent, à être, surtout.

Ecrire des l' »être ».

— Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?
— Je vois, répondit-elle, deux Cavaliers qui viennent de ce côté-ci, mais ils sont bien loin encore.

Riders on the storm, riders on the storm.

 


« De toi à moi » est un ensemble de lettres, écrites toujours autour d’une chanson. Combien y en aura-t-il? Ou cela ira-t-il? Je n’en sais rien à ce jour. Vous trouverez ci- après la chanson qui a servi de support à cette lettre

11 réflexions sur “De toi à moi: 7. Riders on the storm

  1. Ohlala Ohlala, ce que tout cela en Moi résonne !
    Et « Choisir d’écrire à quelqu’un d’autre. A quelqu’un qui répond » est un merveilleux modus operandi du bonheur… Merciiiiiii pour cette belle lecture du matin !!

  2. J’aime cette phrase poétique: « écrire des l’être »…
    Et j’aime aussi Claire Diterzi (je ne connaissais pas cette reprise) 🙂

  3. Je ne connaissais pas du tout cette version, dis-donc. Et du coup, j’ai relu le billet avec la version des Doors en fond. Ça change un peu l’ambiance. Disons que le petit chaperon rouge est de suite plus Rock & Roll 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s