23. Paysage, cinq fois

23. du paysage remplaçant la notion d’image, comme incluant l’observateur, et tenant compte de l’organisation de la ville par rapport au point d’usage ou d’observation, cinq notations selon différentes insertions de ce point d’observation, selon le même principe de discontinuité narrative que dans la 21 (c’est important)

Vieux Port. Il y a l’eau: tâches d’huiles et détritus près du bord, ligne fine de l’horizon qui se confond avec le ciel, là-bas, au fond, Métro écrit en blanc avec un M majuscule sur les 4 côtés d’un grand cube noir tout au bout, tout à la fin d’un poteau, les nacelles blanches d’une grande roue qui se déplacent lentement, un grand boulevard qui remonte jusqu’à l’église des Réformés, des bateaux de différentes tailles pour différents voyages, elle qui porte une jolie robe avec un tissu noir, tout doux, artisanal, avec de beaux soleils, un grand panneau qui conclut la sortie du métro, un papier avec écrit à la main Rendez-vous à 9h15 qui s’envole, un énorme tag très stylisé mais avec des fautes d’orthographe sur un mur, très haut vers le ciel: Ya pas kelkun ki veux tombé amoureux de moi?, des droites vers le ciel et par-dessus celles-ci un grand miroir, taggé en noir sur un mur Signé pö, elle qui a les ongles de pieds vernis, une jolie couleur framboise avec des paillettes et des étoiles argentées par-dessus, Edmond Dantès typographié en belles lettres blanches sur un fond bleu: c’est le nom du bateau, 2/3 personnes qui attendent près du métro en discutant, toutes avec des lunettes de soleil, 4/5 personnes la tête vers le haut qui se prennent en photo dans le miroir posé sur les poteaux, une église, un panneau bleu de rue avec écrit en blanc La Canebière, quelques personnes qui se placent dans la file d’attente de l’Edmond Dantès, elle qui porte un sac à main d’été qui ressemble un peu à un panier rond avec des lanières de cuir, elle qui porte ce sac bien sous son bras, contre la robe noire avec les soleils, un M majuscule avec une typographie ronde dans une tranche de métal à la forme hexagonale, une enfant qui rit et qui passe la tête dedans, elle qui sort son téléphone portable du sac pour appeler quelqu’un, la sortie du métro, le grand panneau qui est un plan, en fait, la grande roue majestueuse dans le soleil, Navettes pour les îles du Frioul désormais sans bateau, le port et la sortie du métro qui se reflètent dans le miroir, c’est beau, on y voit aussi le M jaune et rond du Macdo, et surtout, surtout toujours la mer, l’ouverture vers le monde, vers l’ailleurs, avec son bleu à elle qui joue à se fondre dans le ciel et qui miroite sous le soleil.

Et pour connaître les autres contributeurs et leurs propositions, c’est ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s