29. Rencontrer

29. dans ces lieux que nos descriptions construisent, des personnages qui sont autant d’énigmes

Sur le Vieux Port, elle a rapidement remarqué cette femme. Elle n’est pas laide, mais pas non plus franchement jolie. De profil. Le nez donne du caractère au visage, même s’il est un peu long. Quelques boutons d’acné teintent de rose et de reliefs sa peau plutôt brune. L’expression de sa figure n’est pas avenante: un peu fermée, un peu sombre. Cela fait contraste avec l’enfant qu’elle tient dans ses bras, attaché et tenu contre son corps par un lien rose et gris, et posé sur son ventre déjà de nouveau rond. L’enfant, lui, sourit et babille. Les pieds de la femme sont chaussés de Nike noires au sigle rose, avec des oeillets pour les lacets de couleurs plutôt pastels. Puis jean et tunique grise. Par dessus, un gilet long avec un col de fourrure synthétique, le tout gris aussi. Côté coiffure, elle porte une queue de cheval — élastique bleu — et ses cheveux marrons sont plutôt long, un peu bouclés et plus clairs vers les pointes. Sur sa tête, un serre-tête ridicule rose vif avec comme des oreilles longues de lapins par-dessus, oreilles poilues mates et brillantes en camaïeu de divers roses. L’enfant dans ses bras est lui aussi assorti au niveau des couleur avec elle. Il est vêtu d’une petite parka rose pâle et de chaussettes rayées blanches et roses, d’un rose plus foncé que son vêtement. Dans une des main de l’enfant, un tube en plastique pour faire des bulles. Les gens autour ont laissé un espace entre eux et elle. Beaucoup continuent leur chemin, où qu’ils aillent, quelque soit le sens dans lequel ils se dirigent. La grande roue, derrière tout ce monde, vient de se stabiliser. Des personnes montent dans les nacelles pour pouvoir admirer le Vieux Port et la mer de plus haut. Un homme habillé de noir et de bleu regarde la femme, son enfant, et son étal. Car en effet, à ses pieds, un peu plus loin, sur le sol, il y a des pistolets à eau posés, emballés, dans des espaces réguliers, sur des lignes bien droites, prêts à être achetés. La maman est tête baissée maintenant. Elle observe, regarde l’enfant serrer avec son autre main le pistolet à eau en plastique transparent —avec un peu de rose également— qu’elle tient. Ils sont comme réunis par l’objet. Au sol, on remarque également un beau cosy pour l’enfant, noir à l’extérieur, rose au dedans. Derrière celui-ci, les serre-tête bunny allongés, en lignes aussi, tentateurs, posés sur les dalles du trottoir du Vieux Port, devant la mer proche. Au bout d’un moment, la femme lève la tête et se met à arpenter le sol et à haranguer la foule: « Pistolets à eau, serres-têtes! Faites un petit plaisir à vos enfants. M’sieur dame, c’est pour vous! » La voix n’a pas vraiment d’accent du Sud, pas non plus vraiment l’enthousiasme qui engage la vente. D’ailleurs personne n’écoute, personne ne se tourne, ne s’arrête, n’achète un de ses produits. Pas de velouté, pas plus d’identité que cela dans sa patte vocale. De même pour sa main qui montre désormais les pistolets au sol. Plutôt large, elle n’apparait pas très féminine. Pas très soignée. Cette femme est jeune et pourtant elle ne l’est pas. Pas vraiment vieille non plus. Il y a de l’indéfinissable dans cette personne dans la rue, qui a son étal au sol, qui vend des pistolets en plastiques et des serres-têtes de mauvais goût. Le cosy est de belle facture cependant, et elle n’est pas elle-même mal habillée: c’est le cas aussi de son bébé. Au milieu de la foule elle tranche. Lapinou étrange, un peu décalé. Autour, le port et son activité touristique, les voitures qui passent. Les gens qui s’activent. Plus loin certains entrent ou sortent de la bouche du Vieux Port. Un touriste asiatique regarde le plan du Métro. Elle, elle regarde la femme en gris et rose, avec son enfant et son futur bébé dans son ventre. Finalement un homme va arriver. Habillé de noir, tee-shirt uni et blouson de cuir, jean sombre. Chaussures noires également, sans signes particuliers de marque. Le bout de ses chaussures à lacets est rond. Il est brun, la peau brune aussi. Ses lunettes de soleil sortent d’une poche avant de son blouson. Ils vont ranger les pistolets et les serres-têtes dans un immense sac de plastique blanc, rayé de rouge. Et ils partent tout les deux, ensemble, elle avec son enfant, lui avec le sac blanc et rouge dans une main, le cosy dans l’autre.

Et pour connaître les autres propositions et les autres contributeurs, c’est ici

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s