4 commentaires

  1. que c’est vrai…merci cécile et douce journée..sourire

  2. J’ai sentie une peau. Humée une peau. À te lire.
    C’est dire le parfum qu’on peut dégager d’un poème.
    Bise, Cécile.

    1. Oups… senti.. humé…
      Je ne pensais qu’à la peau, je suppose… ;o)

  3. Très beau 🙂

Les commentaires sont fermés.