De toi à moi: 9. These foolish Things

Mon amie, un papillon est posé sur la vitre et me ravit quand il danse. Ils se font plus rares, hélas, mais sa présence me parle du printemps. Et puis je ne sais pas, dans ma maison, rarement les papillons s’égarent; j’aime y lire comme un signe, mieux encore, comme un signe d’évolution. C’est du neuf, du vivant, du léger et du beau cependant qui arrive et s’installe chez moi.  A cigarette that bears a lipstick’s traces, An airline ticket to romantic places, And still my heart has wings… These foolish things remind me of you. Plus le temps passe, plus…

De toi à moi: 8. Solitude

Très chère, ta dernière lettre m’a comblée: elle arrive, de plus, alors que je bataille quelque peu avec mon imaginaire, mon crayon. C’est tellement bon d’avoir quelqu’un avec qui échanger, parler de tout et de rien, sortir de mes infusions créatrices. Enfin, se reposer. Ton écoute est précieuse, et j’ai l’impression avec mon crayon et ce bloc de papier que je peux tout te dire. Les mots dessinés savent la douceur et la richesse de ton oreille. Souvent, je me demande ce qui me pousse vers cette page, parce que c’est quand même bien du souci. Et puis, après, je…

De toi à moi: 7. Riders on the storm

Plusieurs fois elle lui a écrit. Plusieurs fois elle a jeté la lettre. Bonjour mon coeur Elle a pris sa tête entre ses mains, quelquefois une larme lui a échappé. Le papier se froisse, se rature, termine dans la poubelle, déchiré ou froissé. Le Loup lui cria en adoucissant un peu sa voix : Tire la chevillette, la bobinette cherra. Le petit Chaperon rouge tira la chevillette, et la porte s’ouvrit. Riders on the storm, riders on the storm, Into this house we’re born, into world we’re thrown Like a dog without a bone, an actor out on loan. Riders on…

De toi à moi: 6. I’ll be seeing you.

Elle avait ouvert sa boîte aux lettres, avant midi, et reconnu l’écriture familière sur l’enveloppe. Toujours le plaisir de cet intime, précieux et silencieux rendez-vous. Elle détestait les jours où, ouvrant cette boîte métallique qui porte son nom, elle n’était accueillie alors que par le vide. Quelquefois même, elle n’y rencontrait que des fourmis affolées qui courraient dans tous les sens et elle avait cette impression désagréable qu’elles se moquaient, dansaient une ronde ironique et méchante désordonnée mais scandant silencieusement: « Nul ne pense à toi. » Parfois même, elle a préféré ouvrir la boîte en fer et y voir des factures…

De toi à moi: 5. One note Samba

Très chère, enfin ici l’hiver s’est affirmé, et ce fut fatigant. Froid, neige, difficulté à circuler, pas très envie de sortir de dessous la couette. Les ciels blancs et bas qui se succèdent, le paysage du quotidien qui s’efface sous les gris et le blanc. Et puis soudain, alors qu’on ne l’attend plus on nous offre ces jours-ci comme un répit, comme une promesse future: le ciel bleu et du soleil. Bientôt, le printemps arrive. Bien sûr, c’est évident! Plus qu’un mois avant la date officielle!!!  Alors, c’est intéressant de regarder le sol et de constater que les crocus commencent à…

De toi à moi: 4. I’ll be your woman.

Mon joli monde si doux, Elle pose son stylo. Aussitôt, après avoir posé ces mots. Mais elle veut parler et reprend l’écriture de cette lettre. Il y a ce moment terrible où tu comprends que tu n’es personne pour l’autre. Je suis désolée que tu revives cela, j’aurai tant voulu t’épargner cette douleur. Elle pose de nouveau son stylo, sent la gorge qui se noue, comprend que cette lettre sera difficile à écrire. Connais-tu ce conte de Charles Perrault « Les Fées »? Je pense que c’est le conte qui m’aura le plus impressionné, enfant. Et pourtant, j’en ai lu des contes! Je…

De toi à moi: 3. The birds will still be singing

Ma malicieuse, Voilà, nous sommes en décembre. Je ne sais comment est la météo là où tu vis, mais ici il y a eu beaucoup de soleil; l’hiver se montre par petites touches, jusqu’alors par impressions ou même réminiscences, au choix; avec tant d’indécision, de fait, qu’il semble oublier d’arriver. Je regrette d’avoir si peu de temps à consacrer à la photographie en ce moment, car cela donne d’étranges paysages. Ainsi, l’autre jour, en rentrant, je voyais le sol encore très vert, avec presque une couleur de printemps, et puis au-dessus un arbre dénudé quasiment, marron, aux éclairs encore un peu…

De toi à moi: 2. The first time ever I saw your face

Ma très chère, mon âme joyeuse, merci pour ta réponse, je suis heureuse de savoir que tu vas bien. Ici le temps s’écoule lentement, avec une certaine douceur malgré cet automne qui passe et se déroule, implacablement. J’écris beaucoup en ce moment, je pensais faire des collages, et finalement c’est le besoin d’écrire qui est de retour. Remarque, c’est ce que je désirai au printemps. Me remettre à écrire. Et malgré moi, je m’obéis. The first time ever I saw your face I thought the sun rose in your eyes And the moon and the stars were the gifts you…

De toi à moi: 1. Rainbow

Ma très chère soeur, Me voilà à peine de retour, et déjà je me dois d’être à la musique. J’aime intégrer à ces concerts que je prépare des images, des ambiances, des moments qui m’ont touché et qui nourrissent alors un mot, une ambiance, une oeuvre, une phrase ou une couleur de voix. Et l’Italie a été très riche pour cela. Heureusement, car aujourd’hui le temps est triste; ce ciel gris-blanc, laiteux, cette humidité persistante, têtue. Je ne sais si je finirai un jour par aimer cela. Pourtant, il ne fait pas vraiment froid… le temps est si humide que…