Réminiscence

Cachée Au milieu d’autres lettres du passé. Une statue à la fragile beauté, Qui m’évoque, de longues années après, Le baiser que nous n’avons jamais osé.   Un petit espace de poésie pour me manifester, et préfigurer, me préparer à l’arrivée de l’été qui me permettra je pense avec grand plaisir de pouvoir de nouveau participer à l’atelier de François Bon. Sinon côté photo, je devrais acquérir prochainement au moins un nouvel objectif photo: donc du neuf bientôt…